Le syndrome du frigo vide : qu’est-ce que c’est ?

Se nourrir de snacks, de chips et de biscuits ou sauter le repas du soir est une mauvaise habitude très courante, à tel point qu’elle est reconnue comme un véritable syndrome, connu sous le nom de « syndrome du frigo vide« . Le stress et un mode de vie trépidant qui ne nous laisse pas le temps de prendre soin de nous-mêmes conduisent souvent à préférer les aliments emballés et sans doute malsains parce que nous sommes trop fatigués pour préparer un dîner sain.

Plus qu’un trouble, il s’agit d’une mauvaise habitude alimentaire qui, à son tour, peut entraîner des malaises, de l’anxiété et de la fatigue. Quelles sont les véritables causes du syndrome du frigo vide ? Comment affecte-t-il notre santé et comment pouvons-nous l’éviter ? Nous allons le découvrir.

Syndrome du frigo vide : Quelles en sont les causes ?

On n’en entend pas beaucoup parler, mais c’est un phénomène beaucoup plus courant qu’on ne le croit, à tel point qu’il mérite sa propre définition : le « syndrome du frigo vide ». Qu’est-ce que c’est ? Commençons par dire que non, ce n’est pas la peur de ne rien avoir dans le frigo, mais la mauvaise habitude de dîner avec des produits sous vide comme des chips, des snacks ou des sucreries, de préférence à un repas cuisiné à la maison, certainement plus nutritif et équilibré.

Ne vous inquiétez pas, nous avons tous connu au moins une occasion où nous n’avions pas envie de cuisiner : si cela se produit rarement, nous ne pouvons certainement pas parler de syndrome du frigo vide, mais si cela se produit plus souvent que nous le pensons, nous devrions faire attention et commencer à repenser nos habitudes alimentaires.

Quelles sont les causes de ce syndrome ?

Certainement la paresse et peut-être le manque d’envie de cuisiner, mais dans la plupart des cas, c’est le rythme serré et frénétique de la vie professionnelle et le stress qui l’accompagne qui nous empêchent d’avoir une alimentation correcte et équilibrée, car nous sommes bien trop fatigués en rentrant à la maison pour faire quoi que ce soit. Et les conséquences ?

Nous savons tous que l’alimentation est le carburant de notre corps et que tout ce que nous mangeons a un effet sur notre santé : la consommation de grignotages, d’en-cas et de sucreries ne peut avoir que des conséquences négatives, entraînant douleurs, malaises, anxiété et fatigue chroniques, ainsi que prise de poids et de graisse. Le risque du syndrome du frigo vide réside dans sa nature cyclique : une mauvaise alimentation ne fera qu’augmenter votre niveau de stress et de fatigue, vous éloignant de la cuisinière pour vous diriger vers le placard à grignotage.

Comment l’éviter ?

Comment combattre ou éviter le syndrome du frigo vide ? Indépendamment de cette situation spécifique, nous savons que prendre soin de soi, faire de l’exercice et manger sainement est essentiel pour notre bien-être physique et psychologique. Dans le cas du syndrome du frigo vide, ces petites habitudes simples sont à redécouvrir, tout comme l’envie de passer à la casserole et de se faire plaisir avec des plats simples, nutritifs et sains.

Pour commencer, il est préférable de faire une petite pause dans la journée et peut-être de faire une petite promenade en plein air, en ralentissant le rythme frénétique qui nous éloigne de la cuisinière le soir. Et une fois à la maison ? Comment résister à la tentation des snacks au chocolat ?

Nous vous conseillons de vous concentrer sur des recettes faciles à préparer : au four ou à la poêle, si vous cherchez un dîner rapide, vous aurez l’embarras du choix. Omelettes, plats principaux à base de viande blanche (rapides à cuire et plus légers à digérer) ou poisson au four, pour autant qu’ils ne soient pas trop longs à cuire et qu’ils contiennent un bon équilibre de nutriments, vous verrez vos niveaux de stress et de fatigue diminuer en quelques semaines, votre santé et votre humeur s’améliorer et vous pourrez commencer à vous essayer à des plats plus élaborés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *